Sur les sentiers ignorés de la musique française

Gustave Samazeuilh en 1930

Gustave Samazeuilh en 1930

Ce n’est pas sur des sentiers recouverts d’herbe (comme ceux de Janáćek) que je vous entraîne ce mois-ci, mais à la redécouverte de musiques françaises oubliées (j’y intègre Reicha, en raison de son rôle pédagogique majeur au Conservatoire de Paris), selon un parcours chronologique qui fait ressortir quelques lignes révélatrices :

 – Anton Reicha : Trois Quatuors à cordes, par le Quatuor Ardeo.

 – George Onslow : Trois Quatuors à cordes, par le Quatuor Ruggieri.

 – Félicien David : Mélodies, par Tassis Christoyannis et Thanassis Apostolopoulos.

 – Martial Caillebotte : Dies Irae, Une Journée, Psaume 132, par Michel Piquemal.

 – Ernest Chausson : Concert pour violon, piano et quatuor à cordes, Interlude du Poème de l’Amour et de la Mer + César Franck : Sonate pour violon et piano, par Rachel Kolly d’Alba, Christian Chamorel et le Spektral Quartet de Chicago.

 – Francis Thomé : Musique de chambre par le Trio Thalberg.

 – Cécile Chaminade : Sonate op.21, 11 Études pour piano, Souvenir d’enfance, par Johann Blanchard.

 – Mel Bonis : Quatuor avec piano op.69 + Gabriel Fauré : Quatuor avec piano op.15, par le Quatuor Giardini.

 – Mel Bonis, Henri Duparc, Claude Debussy, Francis Poulenc, par Camille Seghers (violoncelle) et Olivier Laville (piano).

 – Gustave Samazeuilh : L’œuvre complète pour piano, par Olivier Chauzu.

 – Claude Delvincourt : L’œuvre pour violon et piano, par Eliot Lawson et Diane Andersen.

 – Jean-Sébastien Béreau : Quatre œuvres pour ensembles divers, par Ana Telles, Jean-Sébastien Béreau.

 – Rodolphe Bruneau-Boulmier : L’œuvre pour piano, par Geoffroy Couteau, avec la participation de François-Frédéric Guy.

Lire les articles en Pdf : Sur les sentiers ignorés de la musique française

Publicités