Archives pour la catégorie Disques

Échos des Amériques, et détour du côté des classiques favoris

Heitor Villa-Lobos vers 1922.

Heitor Villa-Lobos vers 1922.

Deux chapitres au sommaire de cette nouvelle chronique discographique.

Tout d’abord un parcours à travers les Amériques :

Morton Feldman : For Bunita Marcus, par Ivan Ilić.

Œuvres pour piano, violon et violoncelle des Brésiliens Thiago Cury, Marcus Siqueira, Rodrigo Lima, Mauricio de Bonis, Rodolfo Valente, par le Trio Epifania.

Trios pour piano, violon et violoncelle des Brésiliens Heitor Villa-Lobos et Lorenzo Fernândez, par le Trio Damocles (+ Trios et Quatuor de l’Espagnol Joaquín Turina par le Trio Damocles et Lawrence Dutton).

Carlos Guastavino : mélodies et pièces pour piano transcrites au clavecin, par Mario Raskin et Barbara Kusa.

 Un second chapitre vous transportera au XVIIIème siècle :

Carl Philipp Emanuel Bach : Les 6 Sonates “Württemberg”, par Bruno Procopio (clavecin).

Carl Philipp Emanuel Bach : 5 Sonates, par Elena Filonova (piano).

Ouvertures, airs, duos de Mozart et Salieri, par le Musikkollegium Winterthur, dir. Douglas Boyd.

Airs de Jommelli, Traetta, Sarti, Piccinni, Mozart, par Charlotte Schäfer (soprano) et la  Neue Düsseldorfer Hofmusik, dir. Michael Preiser.

Jerónimo Francisco de Lima : Sinfonie d’ouverture et Airs, par Monika Mauch (soprano) et l’Ensemble Concentus Peninsulae, dir. Vasco Negreiros.

Mozart (Concerto pour Hautbois) et Haydn (Sinfonia concertante) par l’Orchestra Mozart et ses solistes, dir. Claudio Abbado.

 Lire les recensions en Pdf : Echos (contrastés) des Amériques+Du côté des classiques favoris

Deux grandes figures venues de l’Est

Deux compositeurs seulement, au sommaire de la chronique discographique d’aujourd’hui, mais quels compositeurs !

Alexandre Tansman (D.R.)

Alexandre Tansman (D.R.)

Un parcours à travers la musique de chambre et de piano d’Alexandre Tansman (plus quelques pièces avec orchestre de chambre) a pour objectif de vous préparer à la commémoration en 2016 du 30ème anniversaire de la mort du maître polonais venu passer la majeure partie de sa vie à Paris.

L’autre partie se concentre sur la sortie d’un coffret exceptionnel proposant pour la première fois une véritable intégrale de la musique pour piano de George Enescu par Raluca Stirbat.

George Enescu au piano. Photo E. Joaillier, Paris 1930.

George Enescu au piano. Photo E. Joaillier, Paris 1930.

Lire les recensions en Pdf : Tansman+Enesco

Où notre discophile curieux fait l’éloge d’une jeunesse entreprenante

Boris Tishchenko (D.R.)

Boris Tishchenko (D.R.)

Une fois n’est pas coutume, je vous ai réservé ce mois-ci une moisson collectant exclusivement les “coups de cœur”. Pianistes et violonistes pleins de sève juvénile et d’audace se partagent les lauriers :

– Beethoven et Bach par Audrey Vigoureux.

– Saint-Saëns : Concertos n°2 et 5 par Louis Schwizgebel (avec Fabien Gabel et Martyn Brabbins).

– Robert et Clara Schumann par Nurit Stark et Cédric Pescia.

– Busoni et Enescu par Nurit Stark et Cédric Pescia.

– Boris Tishchenko par Gabriel Tchalik.

– Boris Tishchenko par Nicolas Stavy.

– Britten et Korngold : œuvres concertantes pour la main gauche par Nicolas Stavy (avec Paul Polivnick).

Lire les recensions en Pdf : Vendanges suisses +Tishchenko

La Ronde des instruments

Heinrich-Ignaz Biber

Heinrich-Ignaz Biber

Ce mois-ci, les instruments (et instrumentistes) se partagent la vedette dans notre sélection discographique : violon, harpe, clarinette(s), trompette, cors naturels. Les coups de cœur reviennent à Yury Revich et au Quatuor Vendôme.

Lire les recensions de 10 CDs et du livre de Jean-Marc Fessard en Pdf : La ronde des instruments

En traversant l’Europe du Nord au Sud

Pierre Bartholomée. Photo ©Caroline Doutre

Pierre Bartholomée. Photo ©Caroline Doutre

Ce mois-ci, mon Discophile aventureux traverse l’Europe du Nord au Sud, de la Finlande à l’Italie et au Portugal, en serpentant à travers nombre d’autres territoires que je vous laisse découvrir ; il me plaît que les “vainqueurs” de cette livraison soient des compositeurs vivants : Finlandaise, Belge, Portugais, ceux-ci prouvent – la seule chose qui vaille en art – que l’on peut véhiculer une puissante expressivité, élever les émotions des auditeurs, sans rien abdiquer des acquis de la modernité, sans enclencher la marche arrière. Au sommaire :

– Kaija Saariaho : Quatre Instants* ; Terra Memoria ; Émilie Suite*, par Karen Vourc’h (soprano*), Orchestre Philharmonique de Strasbourg, dir. Marko Letonja.

– Sebastian Fagerlund : Concerto pour violon “Darkness in Light”, Ignite, par Pekka Kuusisto (violon), Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise, dir. Hannu Lintu.

 – Kalevi Aho : L’oeuvre pour piano, par Sonja Fräki.

 – Musique contemporaine finlandaise pour clarinette et clarinette basse (Tauno Marttinen, Antti Auvinen , Hannu Pohjannoro, Adina Dumitrescu, Perttu Haapanen, Riikka Talvitie, Olli Virtaperko), par Mikko Raasakka et Gregory Barrett.

 – Musique contemporaine finlandaise pour violoncelle et orchestre à cordes (Erkki Salmenhaara, Pehr Henrik Nordgren, Juho Kangas, Aulis Sallinen ), par Marko Ylönen (violoncelle), Ostrobothnian Chamber Orchestra, dir. Juha Kangas.

 – Oeuvres pour piano de Magnus Lindberg, George Benjamin, Philip Cashian, George King, par George King.

 – Gerald Finzi : oeuvres de musique de chambre + Recueil collectif “ Diabelleries”, par les Kölner Kammersolisten.

 – Danses pour piano à 4 mains de Edvard Grieg, Max Bruch, Hans Huber, Helena Winkelman, par Dana Ciocarlie et Christiane Baume-Sanglard.

 – Ernő Dohnányi : Quintettes pour piano et cordes op.1 et op. 26, par Shmuel Ashkenasi (violon), Nobuko Imai (alto), Trio Nota Bene.

 – Pierre Bartholomée : Œdipe sur la route, Opéra en 4 Actes, avec José van Dam, dir. Daniele Callegari.

 – Lou Koster : Mélodies, par Vincent Lièvre-Picard (ténor), Emmanuel Olivier (piano).

 – Anthologie du piano italien (Domenico Paradisi, Domenico Scarlatti, Stefano Golinelli, Adolfo Fumagalli, Ottorino Respighi, Gian Francesco Malipiero, Mario Pilati, Luigi Dallapiccola, Giulio Cesare Sonzogno) par Adalberto Maria Riva.

 – Musique contemporaine portugaise pour violoncelle seul (Alexandre Delgado, Carlos Azevedo, Miguel Azguime, Nuno Côrte-Real, Ricardo Ribeiro), par Filipe Quaresma.

 – Luís Tinoco : Round time, From the Depth of Distance, Search Songs, Canções do Sonhador Solitário, par Ana Quintans, Yeree Suh, Raquel Camarinha (soprani), l’Orquestra Gulbenkian, dir. David Alan Miller.

Lire les Articles en Pdf : En traversant l’Europe

En voguant le long des Amériques

Alberto Ginastera

Alberto Ginastera

Le discophile voyageur vous emmène ce mois-ci dans les Amériques (U.S.A., Cuba, Venezuela, Brésil et Argentine), au gré de musiques très savantes ou plus légères (ce que distinguent les différents symboles de nos coups de cœur attribués aux deux genres).  Dans la majorité de ces programmes qui vous réserveront d’originales découvertes, un (ou une) artiste “fédérateur” (ou -trice) a réuni autour de lui (ou d’elle) divers amis pour élargir la palette des ensembles proposés, en une fête colorée. Alors, ouvrez grandes vos oreilles… et votre esprit !

– Roger Reynolds : l’œuvre pour violoncelle, par Alexis Descharmes et ses partenaires.

– Musique symphonique cubaine, par l’Orquesta Sinfónica Nacional de Cuba, dir. Enrique Pérez Mesa.

– Alberto Ginastera, Carlos Fariñas, Gabriel Urgell Reyes : œuvres pour piano par Gabriel Urgell Reyes.

– “Classica Venezolana” et “Classica Brasiliana” par Anette Maiburg et ses partenaires.

– “Alvorada” par Ophélie Gaillard et ses partenaires.

Lire les articles en Pdf : En voguant le long des Amériques

 

Sur les sentiers ignorés de la musique française

Gustave Samazeuilh en 1930

Gustave Samazeuilh en 1930

Ce n’est pas sur des sentiers recouverts d’herbe (comme ceux de Janáćek) que je vous entraîne ce mois-ci, mais à la redécouverte de musiques françaises oubliées (j’y intègre Reicha, en raison de son rôle pédagogique majeur au Conservatoire de Paris), selon un parcours chronologique qui fait ressortir quelques lignes révélatrices :

 – Anton Reicha : Trois Quatuors à cordes, par le Quatuor Ardeo.

 – George Onslow : Trois Quatuors à cordes, par le Quatuor Ruggieri.

 – Félicien David : Mélodies, par Tassis Christoyannis et Thanassis Apostolopoulos.

 – Martial Caillebotte : Dies Irae, Une Journée, Psaume 132, par Michel Piquemal.

 – Ernest Chausson : Concert pour violon, piano et quatuor à cordes, Interlude du Poème de l’Amour et de la Mer + César Franck : Sonate pour violon et piano, par Rachel Kolly d’Alba, Christian Chamorel et le Spektral Quartet de Chicago.

 – Francis Thomé : Musique de chambre par le Trio Thalberg.

 – Cécile Chaminade : Sonate op.21, 11 Études pour piano, Souvenir d’enfance, par Johann Blanchard.

 – Mel Bonis : Quatuor avec piano op.69 + Gabriel Fauré : Quatuor avec piano op.15, par le Quatuor Giardini.

 – Mel Bonis, Henri Duparc, Claude Debussy, Francis Poulenc, par Camille Seghers (violoncelle) et Olivier Laville (piano).

 – Gustave Samazeuilh : L’œuvre complète pour piano, par Olivier Chauzu.

 – Claude Delvincourt : L’œuvre pour violon et piano, par Eliot Lawson et Diane Andersen.

 – Jean-Sébastien Béreau : Quatre œuvres pour ensembles divers, par Ana Telles, Jean-Sébastien Béreau.

 – Rodolphe Bruneau-Boulmier : L’œuvre pour piano, par Geoffroy Couteau, avec la participation de François-Frédéric Guy.

Lire les articles en Pdf : Sur les sentiers ignorés de la musique française

Ce qu’a vu le vent d’est…

Pancho Vladiguerov

Pancho Vladiguerov

Que Debussy me pardonne d’avoir inversé l’orientation du manche à air de son célèbre titre, Manche à air vent d'ouest mais il m’a semblé intéressant de regrouper des programmes très variés brassant des courants venus de divers pays d’Europe de l’Est, jusqu’à remonter en fin de parcours vers le Nord(-Est). 

De surcroît, tous les disques de cette sélection mettent en vedette des interprètes féminines de la jeune génération :

 – Bohuslav Martinů, Igor Stravinsky, Dmitri Chostakovitch, Francis Poulenc, à deux pianos par Lidija et Sanja Bizjak, avec le Stuttgarter Philharmoniker, dir. Radosław Szulc.

– Rachmaninov (Études-Tableaux) par Sanja Bizjak.

 – Igor Stravinsky, Dmitri Chostakovitch, Arno Babajanyan, Tigran Mansuryan, par Diana Gabrielyan (piano).

 – Zoltán Kodály  et Sergueï Rachmaninov par le Duo Humoresque (Clara Zaoui, violoncelle, Xénia Maliarevitch, piano).

 – Serge Prokofiev, Leoš Janáček, Béla Bartók, Pancho Vladiguerov  par Kathrin Ten Hagen (violon) et Christina Wright-Ivanova (piano).

  Ole Bull, Pēteris Vasks, Kurt Atterberg, Anders Eliasson, Jean Sibelius, par Kathrin Ten Hagen (violon), Itamar Ringel (alto), avec le Folkwang Kammerorchester Essen, dir. Johannes Klumpp.

 Lire les articles en Pdf : Ce qu’a vu le vent d’est

Le Discophile voyage en territoires ibériques et sur les quais de Buenos Aires

6347-astor-piazzolla-400-400

Le  « Discophile curieux » fait aujourd’hui escale dans la péninsule ibérique. Mais la tentation des ports lointains ne l’abandonne pas, et il repart en direction des quais de Buenos Aires.

Je vous invite donc au parcours suivant :

 – Domenico Scarlatti : deux disques de Sonates par Mario Raskin .

 – Œuvres du compositeur portugais João Pedro Oliveira.

 – Manuel de Falla par Luis Fernando Pérez .

 – Albéniz transposé à la guitare par Thibault Cauvin.

 La Vida breve, une promenade à travers des succès ibériques et latino-américains par la violoncelliste Nadège Rochat et le guitariste Rafael Aguirre.

 La deuxième partie de la Chronique est consacrée à des adaptations de Tangos (Piazzolla et autres) par des duettistes “classiques”, qu’il s’agisse de sorties récentes ou anciennes soulevant des problématiques différentes ; nous nous intéresserons (et avec quel entrain !) à

Sergio Tiempo et Karine Lechner,

Friedrich Kleinhapl et Andreas Woyke,

Mario Raskin et Oscar Milani.

 En postlude,  deux disques étrangers à cette thématique :

tout d’abord, la joie de vous faire découvrir un nouveau grand talent du piano, le Norvégien Joachim Carr ;

puis un objet discographique hors norme dû à l’obstination du corniste allemand Joachim Bänsch.

 Lire les articles en Pdf : Discophile en terres ibéro-luso-latino+Postlude Fév.-Mars 15

Un Tour du monde par étapes discographiques (3)

Ernest BlochNouvelles traversées pour le  « Discophile curieux » parti effectuer un tour du monde musical. Cette fois, il embarque aux U.S.A. pour rejoindre la Suisse –  la personnalité d’Ernest Bloch représentant un pont entre les deux continents –  puis la Turquie. Enfin, un hommage au Voyageur suprême, Franz Liszt, conclut la chronique :

 – ʺThe Transcendentalistʺ : Scriabine, Cage, Wollschleger, Feldman par Ivan Ilić.

– Trios de Thomas Kotcheff, Eric Moe, Leon Kirchner, Charles Ives, par le Trio Appassionata.

 ʺPoème mystiqueʺ : Ernest Bloch et Arvo Pärt par Elsa Grether.

 – ʺPrayerʺ : Ernest Bloch, Dmitri Chostakovitch et Pablo Casals par Sol Gabetta .

 – Frank Martin : Le Conte de Cendrillon, sous la direction de Gábor Takács-Nagy.

 – ʺMusique et nature au Château de Gruyèresʺ, par Adalberto Maria Riva.

 – Fazil Say : Symphonies n°2 ʺMesopotamiaʺ et n°3 ʺUniverseʺ, sous la direction de Gürer Aykal.

 – Franz Liszt : Sonate en si mineur, Tre Sonetti del Pretrarca + Granados : El Amor y la Muerte, par Domenico Codispoti.

 – Franz Liszt : Intégrale des paraphrases et transcriptions d’après Verdi, par Rinaldo Zhok.

 – Franz Liszt : Concerto Pathétique et paraphrases pour 2 pianos, par le Duo Genova et Dimitrov.

 – Franz Liszt : L’Arbre de Noël + Bartók : Colinde + George Crumb : A Little Suite for Christmas, par Thérèse Malengreau.

 Lire les articles en Pdf : Tour du Monde (3) – Fév. 15